PROCÉDURES

 

Prorogation des délais échus pendant la période d’urgence

 

Dans le prolongement de la loi d’urgence n° 2020-290 du 23 mars 2020, plusieurs ordonnances ont été publiées au Journal Officiel le 26 mars 2020 dont l’ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période.

Cette ordonnance vient proroger le terme des délais échus pendant la période d’urgence.

En effet, l’article 2 prévoit que tout acte, recours, action en justice, formalité, inscription, déclaration, notification ou publication prescrit par la loi ou le règlement à peine de nullité, sanction, caducité, forclusion, prescription, inopposabilité, irrecevabilité, péremption, désistement d’office, application d’un régime particulier, non avenu ou déchéance d’un droit quelconque et qui aurait dû être accompli pendant la période mentionnée du 12 mars 2020 à l’expiration d’un délai d’un mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire sera réputé avoir été fait à temps s’il a été effectué dans un délai qui ne peut excéder, à compter de la fin de cette période, le délai légalement imparti pour agir, dans la limite de deux mois.

Source : Ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d’urgence sanitaire et à l’adaptation des procédures pendant cette même période

Délai encadrant le recours contre une instruction publiée au BOFIP

 

Le 13 mars 2020 le Conseil d’Etat est venu encadrer le délai du recours contre une instruction publiée au BOFIP.

Aucun délai n’encadrait le recours pour excès de pouvoir contre une instruction publiée au BOFIP.

Historiquement, seule la publication au Journal Officiel faisait courir le délai de deux mois pour former un recours pour excès de pouvoir. Le délai de deux mois est maintenant applicable pour un recours contre une instruction publiée au BOFIP à compter de sa publication.

Le Conseil d’Etat vient distinguer le délai de forclusion dans deux cas :

  • Les commentaires publiés entre le 10 septembre 2012 et le 31 décembre 2018 peuvent être contestés avant l’expiration d’un délai de deux mois suivant la date de lecture de la présente décision, soit jusqu’au 13 mai 2020.

 

  • Les commentaires publiés à compter du 1er janvier 2019 doivent être contestés dans un délai de deux mois suivant leur publication.

Source : CE, sect., 13 mars 2020, n° 435634

Divers

 

Consultation publique – Taxe GAFA

 

Le 23 mars 2020, l’administration fiscale a soumis à consultation ses nouveaux commentaires concernant la Taxe GAFA.

Rappelons que cette loi du 24 juillet 2019 a pour objet la création d’une taxe sur les recettes tirées de certains services fournis par les entreprises du secteur numérique.

La consultation est d’une durée de deux mois à compter du 23 mars 2020 jusqu’au 23 mai 2020 et concerne le champ d’application de cette taxe, la base d’imposition et la liquidation de la taxe.

Il est indiqué que les services numériques taxables sont l’intermédiation numérique ainsi que les services de publicité ciblée. Les entreprises concernées sont les entreprises pour lesquelles les sommes encaissées en contrepartie de ces services ont dépassé, en 2018, le seuil de 750 millions d’euros au niveau mondial, dont 25 millions d’euros sont rattachables à la France, ou celles appartenant à un groupe ayant les mêmes caractéristiques.

Il est également mentionné que la taxe sera calculée en appliquant un taux de 3 % au montant des sommes encaissées en contrepartie des services taxables rattachables à la France.

 

Source : 30/03/2020 : TCA – TSN – Consultation publique – Taxe sur certains services fournis par les grandes entreprises du secteur numérique (loi n° 2019-759 du 24 juillet 2019 portant création d’une taxe sur les services numériques et modifications de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés, art. 1) – Rectificatif