Replay Webinar

Développement international : comment et pourquoi exporter vos innovations ?

C’est un fait, les entreprises qui se développement à l’international, innovent et génèrent plus de CA. L’international constitue le principal relais de croissance pour absorber les éventuelles pertes dues aux situations sanitaire et économique actuelles de la France Exporter ses innovations, pour générer plus de croissance… Mais comment s’y prendre  ?

Voici un replay de webinar dédié à vous faire découvrir quelles stratégies, marketing et financière mettre en place pour faire rayonner votre expertise au niveau mondial.

C’est un fait, les entreprises qui se développement à l’international, innovent et génèrent plus de CA.

L’international constitue le principal relais de croissance pour absorber les éventuelles pertes dues aux situations sanitaire et économique actuelles de la France

Pour générer plus de croissance, exportez vos innovations !  Mais comment s’y prendre ? Comment faire rayonner votre expertise au niveau mondial ?

Nous avons eu le plaisir de coanimer ce webinar avec le réseau French Tech, Bpifrance et France Innovation.

Ce que vous allez découvrir dans ce replay :

  • Financer et sécuriser votre démarche de développement international
  • Avoir de la visibilité sur les tendances marchés internationaux 
  • Vous diversifier vers de nouveaux marchés et cibler la bonne destination 
  • Identifier les bons partenaires sur le terrain 

La PME peut se montrer frileuse face à l’export, au vu de l’investissement nécessaire à sa mise place. Exporter demande de connaître le pays d’accueil, de trouver les bons partenariats et les réseaux de distribution. 

L’export serait-il une solution face à la crise ? Est-ce que l’innovation et l’export sont intimement liés ? Les aides publiques représentent plus de la moitié des ressources externes des entreprises. Certaines aides à l’export apportent notamment des assurances contre l’échec de la prospection commerciale, ou face aux risques liés à l’export.

Bien que l’innovation et l’export soient fortement liés, seuls 11% des soutiens aux PME aborderaient l’innovation et l’export ensemble (selon une étude de l’ERPI).

Exporter et innover pour générer de la croissance ?

Comme le note l’Insee, « toutes choses égales par ailleurs, à secteur et taille identiques, qu’elles appartiennent à un groupe ou non, la probabilité d’innover est beaucoup plus élevée pour les sociétés exportatrices que pour les autres, surtout en produits, et notamment en produits nouveaux sur le marché ».

Plus le marché de l’entreprise s’étend au-delà de son territoire d’implantation, plus sa propension à innover est importante. 

« Exporter implique une adaptation à un marché extérieur concurrentiel souvent exigeant. Il est plus difficile de s’imposer sur le marché international avec des produits déjà existants, en raison notamment des coûts engendrés par le commerce international (transport, adaptation aux normes en vigueur dans les différents pays…) ».

L’exportation génère de réels effets d’apprentissage et de spécialisation sur l’innovation et la productivité à condition que l’exportation soit intensive et durable.

Les exportateurs qui investissent suffisamment pour se maintenir et se développer à l’exportation bénéficient de ces effets.

A l’opposé les exportateurs occasionnels qui ont des stratégies « hit and run » sur des marchés plus faciles d’accès ne tireront pas de l’exportation un surcroît d’innovation et de productivité.

Covid 19 : des opportunités à saisir ?

Parmi les motifs invoqués par celles qui ont décidé à ce stade de mettre l’export en stand-by :

1- manque de visibilité sur l’avenir ( 37%) : déplacements, production , décisions des pays, RH = manque d’information sur l’international en temps réel….

2-  la logistique ( 21%) : ce sujet regroupe aussi bien la capacité à expédier des commandes export ante Covidque de s’approvisionner à l’import de pièces ou demi-produits.

3- baisse rapide de commandes en provenance de l’étranger ( 19%).

4- situation financière à venir ( 18%) pour continuer à financer l’export.

5- les difficultés d’exécution des contrats export (3%) et douanières ( 2%) sont peu évoquées à ce stade.

Pour se développer à l’international, mieux vaut être bien accompagné

A terme, on peut s’attendre à ce que les exportateurs aient un avantage de productivité sur les non-exportateurs, au-delà de l’avantage initial de productivité acquis pour entrer sur le marché à l’exportation.

En effet, l’exportation accroît les opportunités d’affaires en permettant aux entreprises d’accéder à des technologies et à des connaissances non disponibles dans le pays domestique, grâce aux contacts plus directs et aux interactions facilitées avec de nouveaux concurrents, distributeurs, clients et fournisseurs étrangers.

En outre, les marchés à l’exportation sont considérés comme plus concurrentiels parce qu’ils sont caractérisés par une demande soutenue et exigeante pour attirer un grand nombre d’offreurs.

Cela devrait inciter les firmes qui souhaitent durablement s’installer à l’exportation, à accentuer leur effort d’innovation

Enfin, le fait d’exporter permet aux entreprises exportatrices de mieux valoriser leur production/ -soit en réalisant des économies d’échelle dans le cas où l’entreprise a choisi la « standardisation », -soit en générant plus de valeur en différenciant par l’adaptation ou la « customisation »

L’accès au soutien public souffre d’une méconnaissance assez importante : près de la moitié des entreprises non soutenues ne savent pas à quelles aides elles peuvent prétendre

 16 % des entreprises soutenues ont eu des problèmes d’accès à l’information sur les financements possibles

Partagez cet article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Index 2021 de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : une bonne progression malgré la crise.

Depuis 2019, toutes les entreprises de plus de 250 salariés et, depuis 2020, toutes celles de plus de 50 salariés doivent calculer et publier leur Index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes chaque année au 1er mars. Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, a présenté ce jour les

Lire la suite »

Le contrôle de qualité de la DSN

La loi de simplification du 22 mars 2012 a permis à la mise en place de la déclaration sociale nominative (DSN). Cette dernière vise à remplacer et à simplifier la majorité des déclarations sociales en une transmission unique les données sociales issues de la paie. Le potentiel d’intégration de nouvelles fonctionnalités augmente d’année en année enrichissant les données de la DSN.

Lire la suite »
CET

La Contribution Economique Territoriale (CET)

Introduite par la loi de finances pour 2010, la contribution économique territoriale (CET) remplace la taxe professionnelle sur les équipements et biens mobiliers (TP), à laquelle étaient soumises les entreprises et les personnes physiques ou morales qui exercent une activité professionnelle non salariée. L’objectif initial de la création de cette taxe était d’alléger la pression

Lire la suite »
Retour haut de page